Rechercher
  • Parents d'Anges Beauce-Etchemins

Chers pères, vous aussi vous avez le droit d'avoir de la peine...

Mis à jour : juil. 16

Même si le lien d’attachement envers le bébé diffère entre le père et la mère, de façon générale, les hommes vivront les mêmes effets physiques et psychologiques que les femmes lorsqu’un décès périnatal touche leur famille. Parmi ces effets, certaines personnes peuvent avoir des pincements dans la poitrine, faire des cauchemars ou de l’insomnie, ressentir de l’anxiété ou de la culpabilité et bien plus encore.

Le lien d’attachement des pères envers l’enfant à naître s’établi à divers moments de la grossesse. Pour certains, la réelle existence du bébé se produit lorsqu’ils peuvent le voir de leurs propres yeux, alors que généralement pour les mères, le lien affectif se crée lorsque le test de grossesse devient positif. Il est aussi rapporté que pour certaines femmes, le lien d’attachement se crée même avant la grossesse, lorsque celle-ci désire avoir un bébé.

Des études ont permis de constater que les pères expriment les effets du deuil de façons bien différentes des femmes. En effet, les hommes démontrent plus facilement leur colère ainsi que leur force plutôt que leur tristesse. En règle générale, ces derniers expriment moins ouvertement leur peine et leur désespoir, car les stéréotypes qu' impose la société ne leur permettent pas. Beaucoup de gens vivent encore avec la pensée que les hommes ne pleurent pas et qu’ils doivent être forts quoi qu’il arrive, etc. Démontrer sa peine peut être interprété comme étant un signe de faiblesse ou de vulnérabilité chez certaines personnes.

Vient ensuite le sentiment de honte chez certains pères. La honte de ne pas avoir su protéger sa famille et de ne pas être en mesure de consoler sa conjointe qui exprime plus ouvertement l’immense chagrin qui l’habite peut envahir l’esprit des hommes.

La perte d’un enfant et toutes les émotions qui en découlent sont extrêmement difficiles à vivre pour une personne, en particulier sans aide. Il n’est malheureusement pas rare de voir un grand nombre d’hommes adopter des stratégies d’évitement afin de les aider à fuir les émotions qui les habitent. Effectivement, certains pères voudront retourner au travail rapidement ou faire des heures supplémentaires, ce qui leur permettra de penser à autre chose l’espace d’un instant afin de se sentir moins impuissant face à ce qui leur arrive et au fait que leur conjointe est inconsolable par moment. D’autres consommeront de façon abusive de l’alcool, des drogues ou des médicaments en espérant qu’ils éviteront de souffrir, etc.

La peine des hommes est souvent mise de côté ou bien négligée, car l’attention est dirigée davantage vers la mère. N’oublions pas que nous réagissons au deuil périnatal de manières différentes, mais que nous devons tous faire face à une gamme d’émotions des plus intenses et des plus pénibles qui sont données de vivre à des parents.

Alors, en tant que proche d’un couple endeuillé, n’hésitez pas à demander au père comment il va. Peut-être vous dira-t-il qu’il va bien, mais offrez-lui une écoute attentive et permettez-lui d’exprimer sa peine sans jugement.

Chers pères, la douleur et la tristesse sont des émotions normales ressenties par les êtres humains lorsqu’un événement dramatique comme un deuil périnatal survient dans une famille. Exprimer de la tristesse ou du désespoir ne démontre pas un signe de faiblesse. Vos larmes démontrent tout simplement l’amour que vous ressentez pour votre enfant et illustre l’impact ainsi que l’importance de son passage dans votre vie.



Source : Décès périnatal, le deuil des pères de Francine de Montigny, Chantal Verdon, Jici Lord-Gauthier et Christine Gervais


11 vues
13545, 2e Avenue, Saint-Georges, G5Y 1Z4
(581) 372-6859
info@parentsdanges.com
  • Wix Facebook page
  • Instagram
  • Wix Twitter page

© 2020 Parents d'Anges Beauce-Etchemins