Vivre un deuil périnatal

Vivre un deuil périnatal peut être une épreuve très difficile. En réalité, le deuil périnatal peut être beaucoup plus complexe que les autres formes de deuil, car il ne s'agit pas de faire le deuil d'un passé, mais celui d'un avenir... C'est de devoir faire le deuil d'une vie entière qui ne sera pas vécue. C’est devoir affronter la mort alors que l’on s’apprêtait à donner la vie. C’est vivre des émotions très intenses et contradictoires en très peu de temps.

 

On est enthousiastes à l’idée de devenir parents et quelques jours plus tard, on doit surmonter le deuil de cet enfant en qui tant d'espoir était fondé. Toute la dynamique familiale avait déjà été modifiée en fonction de l’enfant à naître. Pleins de projets étaient dessinés pour lui. Sa chambre avait peut-être déjà été aménagée. Bref, il faisait déjà parti de la famille.

 

Les impacts du deuil périnatal se font sentir sur les parents, le couple, les autres enfants (frères et sœurs) actuels et futurs, la famille et les proches. Bien entendu, les parents devront traverser toutes les étapes du deuil. Cependant, les ressources conventionnelles ne sont pas adaptées pour le deuil périnatal en raison de ses particularités. Le deuil périnatal est incompris et banalisé, mais pourtant très fréquent et très difficile à vivre pour les personnes touchées. 

 

La perte d'un bébé peut créer un stress ou un choc traumatique qui peut parfois ressurgir longtemps après l'événement. Le deuil n'est pas une maladie, mais il peut occasionner des symptomes physiques et psychologiques biens réels tels que des insomnies, maux d'estomac, stress, maux de têtes, etc. Ce ne sont là que quelques uns des effets secondaires qui peuvent être ressentis par une personne en deuil.

 

Certaines personnes peuvent pleurer, chercher à s'isoler, refuser d'en parler ou au contraire, en parler sans cesse. En raison du stress, le rythme de sommeil est perturbé et cela peut conduire à un affaiblissement du système immunitaire. 

 

Il y a autant de façons de réagir à un deuil qu'il y a de personnes qui le vivent. Il n'y a pas de bonnes et de meilleures façons de le vivre. Toutes les étapes du deuil devront être vécues. Parfois, la personne alternera d'une étape à l'autre, mais l'important est de respecter son propre rythme. Le temps du deuil dépend de la nature de la perte et du mental de la personne qui le vit.

 

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin de discuter.

Les étapes du deuil

1. Le choc et le déni

C'est l'étape où les parents apprennent le décès de leur enfant. Le choc est un moyen de défense de l'esprit pour une situation qu'elle pense ne pas pouvoir gérer. La personne pense qu'elle rêve et refuse d'accepter la situation. Les tâches simples de la vie quotidienne et la prise de décisions de bases ne peuvent pas être effectuées par une personne en état de choc. La compréhension des explications fournies par le personnel médical peut être difficile.

 

2. La douleur et la culpabilité

Des sentiments de culpabilité et de remords se font souvent sentir. La douleur pousse parfois la personne à se sentir coupable et se considère comme responsable. Elle cherche à savoir ce qu'elle a pu faire pour causer le décès de son enfant. 

 

3. La colère et le marchandage

Le sentiment d'injustice et de révolte ressenti face à la perte peut amener la personne à se mettre en colère. Elle peut aussi dévier cette colère sur une autre personne désignée comme responsable de la perte. La personne est confrontée au fait que la situation est irréversible. Elle peut avoir des comportements qu'elle ne comprends pas elle-même.  Une bonne gestion de la colère est indispensable. 

 

4. La dépression et la douleur

La personne accepte la perte, mais n'est pas en mesure d'y faire face. Dépression, perte de moral, la personne est au désespoir et ne voit pas comment atténuer cette immense souffrance et a de la difficulté à vivre normalement le quotidien. La personne va souvent chercher à s'isoler. Parfois, la personne peut s'empêcher d'aller mieux, car elle a l'impression que cela signifierait qu'elle a oublié son enfant. Certaines personnes vont cesser leur cheminement à cette étape. 

 

5. La résignation

C'est l'abandon de la lutte aucours de laquelle la personne peut avoir le sentiment d'avoir tout essayé pour revenir à la situation perdue. Elle ne sait pas ce qu'elle peut faire de plus. Elle agit au gré des circonstances.

 

6. L'acceptation

La personne accepte la réalité. La personne projette une lueur d'espoir et recommence à croire en elle-même. La personne reprends le cours de sa vie et commence à nouveau à se mêler aux autres. Elle recommence à faire des projets de vie.

 

7. La reconstruction

La personne prend conscience qu'elle est en train de se réorganiser pour répondre aux obligations de la vie en société. Elle apprend à découvrir ses ressources personnelles et développe une plus grande confiance en soi. Le sentiment de vulnérabilité fait place à une nouvelle énergie.

La peine ne se mesure pas en nombre de semaines de grossesse ou à la durée de vie de l'enfant, mais à la grandeur du rêve que portaient en lui ses parents. Auteur inconnu

Quelques conseils pour vous aider à traverser cette épreuve:

 

  • Prenez votre temps. Il n'y a pas de délai pour faire votre deuil. Vous devez le vivre à votre rythme. Quelque soit la cause de votre souffrance, vous devrez passer par la totalité du processus de deuil pour le gérer de façon mature.

 

  • Ne prenez pas de décision majeure au cours de cette période. Vous êtes à un stade de vulnérabilité et il vaut mieux reporter toute décision qui pourrait avoir une incidence sur votre vie et sur celle des personnes qui vous entourent.

 

  • Parlez de votre perte et exprimez vos sentiments. Trouvez une personne qui vous écoute, un confident, une épaule sur laquelle pleurer. Vous n'avez pas besoin d'être seul dans une telle situation. Il est normal de pleurer dans les circonstances. Vos amis et vos proches peuvent le comprendre.

 

  • Ne vous sentez pas coupable de sourire parfois ou d'avoir envie de sortir. N'ayez pas peur de vous changer les idées. Il ne s'agit pas d'oublier votre enfant perdu, mais de refaire le plein d'énergie.

 

  • Prenez soin de vous. Prenez la décision de gérer vos émotions en vous livrant à des choses pratiques et concrètes comme manger des aliments sains, prendre un bain chaud, prendre soin de vos enfants ou de vos animaux de compagnie. Cela peut paraître difficile, mais c'est le seul moyen de conserver un semblant d'ordre dans sa vie. Lisez des livres, écoutez de la musique, prenez une marche ou toute autre activité qui vous fera du bien.

 

  • Au besoin, n'hésitez pas à vous confier à un professionnel. Ne restez pas seul. Vous pouvez rejoindre un groupe de soutien qui vous aidera à faire face et qui sera là pour vous.

 

  • Tentez de vivre chaque jour une heure à la fois. Cela vous aidera à vous adapter à votre nouvelle réalité. Accueillez les émotions, ne les forcez pas et ne les refoulez pas.

Téléphone: (418) 957-2060
Courriel: pabeauce@gmail.com
  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Wix Google+ page

© 2019 Parents d'Anges Beauce-Etchemins